Festin de musique
à Jazz Fest

Le 44e Jazz Fest a lieu en avril à La Nouvelle-Orléans, aux Etats-Unis. Un festival de musique et... de gastronomie. Dans une ville aux accents français où l’on vit pour la fête.
Jazz Fest

I maginez... Une louche de Blues Passions, un bol de Gastronomades, une cuillerée à soupe de feu la Garden Nef Party, une cuillerée à café de Musiques Métisses et même une pincée de Confolens... C’est tout cela que Jazz and Heritage Festival, à La Nouvelle-Orléans —Jazz Fest pour les amis—, sert à plus de festivaliers que la Charente compte d’habitants, chaque année, durant sept jours répartis sur deux week-ends prolongés, le dernier d’avril et le premier de mai.

La fête débute dans l’avion, assis à côté de tous les vacanciers prêts à débarquer à l’aéroport Louis-Armstrong et à envahir la ville. Comme Gigi, qui a entouré sur ses cubes (grilles quotidiennes des concerts, scène par scène), ce qu’elle ne veut pas manquer. Son mari, lui, a coché les stands de spécialités culinaires et en salive déjà.

Il y a plusieurs manières de savourer Jazz Fest.

  • L’option «assidu». Cubes à la main, on galope autour de l'hippodrome, de la tente Blues à la tente Jazz et à la tente Gospel, en passant par les trois grandes scènes et les autres plus petites, afin de picorer une quinzaine de concerts par jour.
  • L’option «danse». Devant la scène Fais-Dodo, on se régale, avec un cavalier ou une cavalière, de zydeco et de musique cajun.
  • L’option «fan». On s’installe tout devant la scène Acura et on n’en bouge plus de la journée pour s’empiffrer des décibels de la tête d’affiche, comme l'an dernier avec Bruce Springsteen & The E Street Band, qui a permis au festival de faire sa plus grosse journée. Certains ont leurs trucs pour ne pas y passer la journée: se faire de nouveaux amis en arrivant avec des bières et autres boissons fraîches (fonctionne essentiellement après une longue journée très ensoleillée).
  • L’option «découverte». On en profite pour grapiller de l’artisanat ou absorber les cultures des Amérindiens regroupés en pow-wow ou des Mardi-Gras Indians défilant avec leurs costumes bigarrés et plumes colorées (costumes que l'on peut retrouver exposés dans la tente qui leur est consacrée).
  • L’option «local». On arbore son plus beau T-shirt de Jazz Fest ou sa plus belle chemise, on enfile des colliers de perles de Mardi Gras, on met un ou plusieurs bijoux en forme de fleur de lys, on se munie d'une ombrelle, et on accompagne les groupes qui déambulent en dansant devant les scènes.
  • L’option «gourmand». On navigue de stand en stand pour déguster tout ce que la Louisiane compte de plats typiques, colorés et épicés.
  • L’option «cool», particulièrement appréciée les jours de grandes chaleurs. On s'installe à l'ombre et au calme, à côté de la scène Lagniappe, pour savourer les musiciens jouant principalement en acoustique. Quand on a besoin d'encore plus de fraîcheur, on va visiter les très belles expositions, notamment de photos, installées juste à côté, dans la grande salle climatisée située sous la tribune Grandstand.
  • L’option «farniente», enfin. Couverture sur l’herbe, devant la scène Congo, à boire et à manger à disposition, et on sirote tout ce qui passe, entre deux siestes.

C’est que les nuits sont parfois longues...

Car quand l’hippodrome se vide, le soir vers 19 heures, il est temps de s’amuser en ville. Non plus sur la célèbre Bourbon Street, mais avec les locaux dans les bars sur Frenchmen (Snug Harbor, Blue Nile, The Maison, d.b.a., The Spotted Cat...) ou, plus loin, au Maple Leaf, au Rock ‘n’ Bowl ou au Chickie Wah Wah.

Frankie Beverly & Maze

Et s’il reste un peu d’énergie, le jour de l’International Jazz Day, on peut se lever à l’aube et se rendre à Congo Square pour déguster le concert de... 7 heures du matin!


A l'affiche cette année:

A l’affiche notamment cette année: Jimmy Cliff, Billy Joel, George Benson, The Black Keys (qui viennent de remporter plusieurs Grammy Awards), Earth Wind & Fire, Jill Scott, BB King, Gipsy Kings, Pura Fé, Dianne Reeves, Patti Smith, Ana Popovic, Ben Harper & Charlie Musselwhite (que l'on pourra voir à Cognac Blues Passions cet été), Dee Dee Bridgewater...

Sans oublier:

Jazz Fest offre aussi une vitrine à ces musiciens qui perpétuent tout au long de l’année l’esprit de fête si unique à La Nouvelle-Orléans: Dr John, Trombone Shorty, James Andrews, les familles Neville et Boutté, Bonerama, Irma Thomas, Allen Toussaint, la musicienne de rue Doreen, Walter ‘Wolfman’ Washington, Kermit Ruffins, les tribus de Mardi Gras Indians...


Avertissement: voir Dr John, Anders Osborne, les frères Neville, Buckwheat Zydeco, Kermit Ruffins, la veste colorée et le sourire d'Allen Toussaint, la trompette de Trombone Shorty, Irma Thomas, les écrevisses en train de bouillir dans la marmitte et tous ces brass et autres bands qui jouent et défilent... donne une envie quasi-irrépressible de sauter dans le premier avion!


En savoir plus

Jazz Fest 2013

Dates

Du vendredi 26 au dimanche 28 avril, puis du jeudi 2 au dimanche 5 mai, de 11h à 19h, sur l'hippodrome Fair Grounds Race Course, 1751, Gentilly Boulevard, à La Nouvelle-Orléans.

Tarifs

50$ par jour à l'avance, 65$ sur place. Pass VIP (dont certains donnent accès à la scène): de 550$ à 1.250$ par week-end.

Billets d'avions

Les tarifs augmentent nettement autour de Jazz Fest. Ne pas hésiter à partir un ou deux jours plus tôt et à rentrer un ou deux jours plus tard. Compter autour de 800€.

Hôtels

La Nouvelle-Orléans compte de nombreux hôtels, de différentes catégories et à différents tarifs. Il vaut mieux, toutefois, réserver à l'avance, notamment au moment de Jazz Fest.

Jazz Fest en date et chiffres

1970, première édition du festival.

Aujourd'hui, c'est 12 scènes réparties à l’intérieur et à l’extérieur de la piste de course d’un hippodrome, le Fair Grounds Race Course. Soit plus de80 concerts et parades par jour, pour 450.000 entrées au total, en 2012, sur 7 jours.

Jazz Fest, c'est aussi: 35 salariés à l'année, 1.000 au moment du festival, 800 bénévoles cumulant plus de 10.000 heures, 171 techniciens, au minimum, présents chaque jour, près de 500 mètres de câble audio, et 950 panneaux, faits main, plantés un peu partout pour indiquer leur chemin aux festivaliers.

Et encore: plus de 130 stands d'artisanat, et plus de 70 stands de nourriture, présentant 250 plats et boissons différents. Côté nourriture: 6 tonnes de pâtes et 4 tonnes d'écrevisses utilisés pour cuisiner le crawfish monica — un coup de coeur personnel —, 3 tonnes de porc pour les cochon de lait po-boys, plus de 2 tonnes d'écrevisses, 6,5 tonnes de fromage, 4 tonnes de farine et 55 kilos de poivrons rouges pour le pain à l'écrevisse.

Au final, cela donne aussi: 285 tonnes de déchets, en partie recyclés.

Avec Gigi, retrouvée par hasard à Jazz Fest.