Maceo Parker
Funky, funky…

Maceo Parker - Anciens Abattoirs - West Rock - Cognac

I ls seront près d’une dizaine sur scène la semaine prochaine à Cognac. Du bon son cuivré, bien rythmé, qui invite à danser. Deux ans après Musiques Métisses, Maceo Parker, son saxophone et son band reviennent en Charente. Aux Anciens Abattoirs, samedi, ils seront prêts à jouer du «funky, funky», pour que le public «party, party»...
Le tout jeune septuagénaire — il a eu 70 ans le jour de la Saint-Valentin —, ancien pilier de la section cuivres de James Brown et du Funkadelic de George Clinton avant de se lancer en solo il y a plus de vingt ans, enchaîne les tournées. Avec toujours autant de pêche et d'amour du public. Entretien...

SUR LA MUSIQUE

11-IMG_4608 maceo parker

Vous avez dit que travailler avec James Brown était comme «aller à l’université». Pensez-vous que vos musiciens pensent la même chose de vous aujourd’hui?

Hmm... Je ne sais pas s’ils le voient comme ça. Je suppose qu’ils apprennent avec moi comme moi je l’ai fait avec lui. On aime travailler ensemble. La plupart d’entre eux jouent avec moi depuis tellement longtemps! Et ils ne sont pas partis ailleurs... Peut-être que ce que je leur apprends, c’est ma conception du divertissement. Fun avant tout.

Quelque chose entre la rigueur de James Brown et le côté déjanté de George Clinton?

Oui, vous avez complètement raison. Peut-être un peu plus... [Il s'interrompt] Non, quelque part à mi-chemin entre les deux. Avec peut-être un peu de Ray Charles aussi [Il éclate de rire].

Vous aimez vraiment Ray Charles, n’est-ce pas?

Oh oui!

Qu’aimez-vous dans votre dernier CD, «Soul Classics»?

Je l’aime parce que c’est un autre projet avec le WDR Big Band [NDLR: de Cologne]. Je ne pensais pas que j’aurai l’occasion un jour de me produire avec un orchestre aussi grand. C’est mon deuxième projet avec eux. Le premier, c’était Roots & Grooves, un hommage à Ray Charles. Et j'aime comment je joue.

Qu’apportez-vous à ces morceaux?

J’écoute beaucoup les radios satellites et quand je répète, je joue sur ce que j’entends. J’ai choisi les morceaux sur lesquels je me sentais le mieux.

James Brown, à l’époque, vous lançait: «Maceo, I want you to blow» pour lancer vos solos. A qui avez-vous envie de dire ça aujourd’hui?

Je donne beaucoup d’attention à mon bassiste, que j’ai rencontré quand je jouais avec George Clinton. A mon pianiste aussi, qui joue très bien les parties jazzy, jazzy comme les parties funky, funky. J’adore l’écouter jouer! Mais j’essaie de mettre tout le monde sous les projecteurs.

Quelle est votre place dans l’histoire de la musique?

J’ai la chance d’être né avec un talent, une oreille musicale, qui me permet d’entendre ce que je considère comme funky. Dans l’arbre généalogique de la musique, avec tous ces noms de musiciens de jazz, quelque part dans un coin il y a une branche funk et il y a mon nom. Oui, c’est là qu’est ma place, sur la branche funky music...

SUR LE SAXOPHONE

11-IMG_4651 maceo parker

Qu’est-ce que vous aimez dans les cuivres?

D’abord, quand j’étais petit, avec mon frère, on essayait d’écouter tout ce qui était enregistré, absolument tout. Il me semblait que dans les grands groupes, beaucoup d’instruments étaient utilisés pour les solos. Je les aimais tous, mais je ne sais pas pourquoi, je me suis vu jouer du saxophone. J’aime aussi écouter les trompettistes, particulièrement. Et, depuis James Brown, et Fred Wesley, les trombones. J’aime les cuivres depuis tout petit. Les pianistes aussi. En fait, l’aime les groupes.

Quelle est l’histoire de votre saxophone?

Oh, je ne suis même pas sûr de m’en souvenir...J’en ai deux principalement, que j’ai depuis une éternité. Chacun a sa propre personnalité et veut faire mieux que l’autre. Et je dois choisir celui avec lequel je me sens le mieux.Là, je suis en train de passer à celui avec lequel je n’ai pas joué depuis un bout de temps. A un moment tu te dis, c’est lui, c’est lui qui a le meilleur son, c’est lui le meilleur. Vous savez, quand on vieillit, les choses évoluent. Il faut changer l’embouchure, la pression de vos doigts sur les clés. Mais je me dis que si j’aime ce qui se passe, si j’aime le son, le public va l’aimer aussi.

Vous avez dit aussi: «Je suis allé de Maceo Parker joue Charlie Parker à Maceo Parker joue Maceo Parker». Une définition pour ce Maceo Parker?

Funky. Oui, un mot: funky.

Et quelle est votre définition du funk?

La musique qui vous fait danser. Qui vous donne envie de bouger, de taper des mains, de faire la fête. De party, party...

SUR LE PUBLIC

11-IMG_4661 maceo parker

C’est ce que vous aimez apporter au public?

Oui, vraiment! Je ne veux pas que le public soit juste assis là. Si c’est pour s’assoir, autant aller au cinéma. Je veux que le public party, party. Qu’il fasse la fête, passe un bon moment. Je veux que les gens se sentent bien pendant deux ou trois heures, qu'ils profitent de cette atmosphère pour que, une fois rentrés chez eux, ils continuent à en bénéficier, peut-être même jusqu’au lendemain.  Je pense que s’amuser ainsi est bon pour l’âme, bon pour le corps. Et cela vous rend plus fort pour la vie et les tâches qu'il faut supporter tous les jours, la routine qui se répète semaine après semaine.

Vous êtes né le jour de la Saint-Valentin. Vous avez dit que l’amour est important dans votre vie. Qu’est-ce que vous aimez?

Les gens. Oui, les gens. Surtout ceux que je ne connais pas. C’est pour cela que j’ai beaucoup de mal à regarder les infos, les mauvaises nouvelles. Telle personne a été blessée, quelque chose est arrivé à telle autre personne sur l’autoroute. Cela me touche. C’est pour cela que j’aime que les gens s’amusent. Je sais que des choses négatives arrivent, que nous ne vivons pas dans un monde parfait. Mais dans le même temps je me demande pourquoi l’amour ne peut pas être plus présent dans le monde. C’est quelque chose d’important pour moi. Si seulement les gens ne fonctionnaient qu’un petit peu plus sur le mode du ‘‘ne fais pas à d’autres ce que tu ne voudrais pas que les autres’’... Et si, dans le quotidien, on remplaçait le mot ‘‘détester’’ par le mot ‘‘aimer’’, ce serait un moyen de jeter par la fenêtre une partie des choses négatives. Et si nous encouragions l’amour, en souriant davantage, en disant bonjour, en proposant d’aider un voisin à porter quelque chose, à ouvrir une porte, cela rendrait le monde meilleur.

Et sur scène aussi...

Oui, c’est vrai, j’adore le mot aimer. Je l’aime et je le chante. Et les musiciens qui m’accompagnent aussi. Nous vous aimons, vous public. Et je le dis au moins dix fois par concert, de la part de nous tous. We love you. We. Love. You.


CONCERT

Maceo Parker, samedi 11 mai 2013, à 21h, aux Anciens Abattoirs, à Cognac. Tarifs: 22€ à 27€. Tél. 05.45.82.48.06. En première partie: Morgan & The Soulfingers

CD

maceo parker soul classics 2
«Soul Classics»,
Chez Sony,
10 titres,
septembre 2012.

 

 

 

maceo parker roots and grooves 2
«Roots & Grooves»,
Chez Heads Up,
14 titres,
février 2008.

 

 

LIVRE

maceo parker 98 funky stuff 2

«98% Funky Stuff, My Life in Music»,
Autobiographie (en anglais)
Ed. Chicago Review Press,
208 pages, avril 2013